Puigpedrós

Puigpedrós

Le sommet de Puigpedrós, situé au nord du Planell de Campcardós, est un point de vue exceptionnel sur une grande partie des montagnes pyrénéennes, car son panorama s’étend du Canigó au massif de la Maladeta, en passant naturellement par le plus haut sommet de Catalogne : la Pica d’Estats .


Fiche technique


Accès : Tant depuis Meranges que depuis la gare de Guils Fontanera, il y a des pistes forestières, assez praticables, qui nous mènent au site du refuge de Malniu (2130 m)

Accueil : Parking au refuge de Malniu (2 130 m)

Difficulté : Facile-Moyen

Altitude maximale : 2 914 m

Dénivelé positif : 784 m

Durée totale : 3h30 (2h aller / 1h30 retour)

Saison : Fin du printemps, été et automne.

Observations : La piste de Guils Fontanera est fermée en hiver. De plus, la piste qui monte depuis la ville de Meranges devient souvent impraticable à cette période en raison de l’accumulation de neige ou de glace, dont il faut tenir compte.

Itinéraire


Depuis le refuge de Malniu, nous commençons le chemin en suivant les panneaux du GR11 vers l’ouest pour traverser une passerelle en bois qui passe au-dessus du drain de l’étang Sec. Nous sortons immédiatement vers un large pré, que nous traversons dans la même direction, et qui nous fait bientôt prendre de la hauteur à travers une zone avec quelques rochers de granit, jusqu’à ce que nous arrivions à un poteau en bois avec des indicateurs.

De là, nous laissons à droite le sentier GR11 qui nous mènerait au refuge d’Engorgs et, en suivant les panneaux, nous tournons à gauche (N-O) et commençons à monter à travers une zone herbeuse par quelques ruisseaux qui descendent du Coll de les Mollières. Le chemin tourne vers le nord avec une montée raide et remonte la crête herbeuse jusqu’à ce qu’il nous amène dans une zone de pâturage plus plate.

Il est temps de traverser ce faux plat en diagonale en suivant le ruisseau qui descend à droite (NNE) et qui nous guidera sur un tronçon de route, qui vient du Planell de Campcardos. En suivant les points de repère, nous trouvons une pente raide par laquelle descend le ruisseau. En le laissant sur la droite, nous parcourons la montée raide, traversant des zones rocheuses, jusqu’à atteindre la partie sud du Planell de Campcardós (1h15), une vaste esplanade dans laquelle se dresse le dôme de la montagne vers laquelle nous nous dirigeons.

Nous traversons l’esplanade, qui prend progressivement de la hauteur, en direction NE, vers l’empilement de pierres qui forme le sommet de Puigpedrós.

Lorsque nous atteignons le pied de la montagne, nous esquivons le dernier rocher par la droite et atteignons le sommet de Puigpedrós (2 914 m, 2 h), avec une croix et un sommet géodésique au point le plus élevé. Si nous allons plus au nord, outre l’immense perspective des montagnes pyrénéennes et des sommets voisins d’Andorre, nous pouvons voir toute la dépression que forme la vallée de Campcardós jusqu’à arriver au village de Porta.

Le retour peut se faire par le même chemin que nous avons remonté ou en descendant la Vallée de Campcardós et en passant par le lac Malniu.

Carte et altimétrie


Puigmal

Puigmal

Le Puigmal est la quatrième plus haute montagne de Cerdagne et l’une des quatre montagnes de cette région qui dépassent 2 900 m. C’est aussi le plus haut sommet du Ripollès. Pour cette raison, son sommet est très fréquenté par les alpinistes qui gravissent à la fois les versants de la Cerdagne et du Ripollès.


Fiche technique


Accès : De Bourg-Madame prendre la N116 en direction de Sallagosa jusqu’à trouver, sur la droite, la déviation qui mène à l’ancienne station de ski de Puigmal. Suivre cette route goudronnée sur 11 km jusqu’au dernier parking.

Départ : Dernier parking de l’ancienne station de ski de Puigmal.

Difficulté : Facile-Moyen

Altitude maximale : 2 911 m

Dénivelé positif : 940 m

Durée totale : 3h30 (2h aller / 1h30 retour)

Période de l’année : Toute l’année.

Observations : Nous évoluons sur des terrains de haute montagne et, par conséquent, nous devrons être équipés. En hiver, il peut être fait avec des raquettes ou des skis de montagne.

Itinéraire


Nous quittons le dernier parking autorisé de l’ancienne station de ski de Puigmal et suivons le tronçon de route goudronnée jusqu’à un bâtiment de traitement des eaux. De là, nous quittons l’asphalte et continuons sur un étroit chemin de terre, entouré de buissons de genêts, qui nous amène à traverser le canal d’Aiguaneix. Nous le traversons et suivons une pente herbeuse jusqu’à ce que nous trouvions une piste.

À ce point clé, au lieu de suivre le cours de la rivière, nous tournons à droite et voyons immédiatement une grande pierre signalisée qui nous indique le chemin vers le Puigmal. Nous commençons la montée (S), soudaine, serpentant à travers des buissons de rhododendron et suivant les marques de peinture jaune. A la fin de cette montée, on trouve un plateau. Ici, il faut tourner vers l’est et remonter une pente raide avec un sol décomposé jusqu’à déboucher sur une esplanade herbeuse.

De cette zone plus plate, nous commençons un parcours en diagonale, passons devant une cabane en ruine (1 h), et nous nous dirigeons vers le sud pour trouver le Clot de la Pastera. Lorsque nous y arrivons, nous trouvons le large chemin qui vient de la Tossa del Pas del Lladres sur la droite. Nous commençons cependant à monter vers la gauche par un chemin vertical accidenté. Plus haut, la route pénètre dans un chaos rocheux, où la neige persiste jusqu’au printemps. Plusieurs sentiers traversent cette roche, mais tous mènent à la crête de la montagne (1h45).

Quand on arrive sur la crête, on aperçoit déjà les paysages vallonnés du Ripollès. Il faut maintenant continuer vers la droite (E), par le chemin qui suit la crête et atteint la base d’une colline pierreuse. Nous passons cette colline et atteignons sa partie la plus élevée, d’où nous pouvons déjà voir le sommet du Puigmal. Nous y allons en traversant une zone de pierres plates et atteignons la croix et le sommet des difficultés, le sommet du Puigmal (2 911 m, 2h), où l’on trouve également une plaque avec un fragment de Canigó , l’œuvre de l’illustre Jacint Verdaguer.

Carte et altimétrie


Coma d’Or

Coma d’Or

Cet itinéraire, formé par une montée de pentes douces et ondulées, nous mènera au sommet de la Coma d’Or, une tour de guet avec une vue imprenable sur le barrage de Lanós et tout le massif du Carlit, que d’ici nous pouvons voir dans son intégralité.


Fiche technique


Accès : En suivant la N-20, nous atteignons le Coll de Pimorent. Ici, il faut prendre la piste qui part à droite (NE) et s’enfonce dans la vallée de Garcia. Il faut la remonter sur environ 3 km (en mauvais état dans le dernier tronçon) jusqu’à côté du petit barrage de captage d’eau.

Départ : Parking du barrage

Difficulté : Facile-Moyen

Altitude maximale : 2 826 m

Dénivelé positif : 684 m

Durée totale : 3h45 (2h aller / 1h45 retour)

Période de l’année : Toute l’année.

Observations : Montagne facilement accessible, mais d’une hauteur considérable. Il faut être correctement équipé afin d’éviter les frayeurs. Le passage aérien à franchir jusqu’à la crête finale est délicat et il faudra prendre des précautions.

Itinéraire


Une fois le véhicule garé à côté du barrage, nous montons par le centre de la vallé entre des sentiers, évitant ainsi les virages de la piste. Arrivés au bout, nous trouvons un sentier qui monte une pente herbeuse raide, que nous gravissons sans difficulté, jusqu’à atteindre une sorte de col imperceptible qui débouche sur une petite vallée. Nous traversons cette vallée et, en remontant une autre montée herbeuse, nous débouchons sur le premier col de l’itinéraire, La Portella d’en Garcia (2 534 m, 50 min). De ce col on distingue, sur la gauche, les trois arêtes caractéristiques qui forment le pic de Trespunts. Devant nous on voit parfaitement le Pic de Coma d’Or et tout le chemin qui monte.

Nous descendons maintenant le long d’un tronçon avec quelques zones rocheuses et, en quelques minutes, nous atteignons le col de la Coma d’Or, d’où nous voyons le lac du même nom situé sur la droite. Le chemin, balisé de quelques points de repère, serpente à nouveau dans une montée herbeuse et, dans la partie finale, atteint des sortes de marches en ardoise, recouvertes de neige une grande partie de l’année. Nous traversons ces marches, toujours avec la silhouette de la Coma d’Or devant nous, et nous prenons de la hauteur entre les rochers plats jusqu’à ce que nous soyons pratiquement au pied de la montagne. Patiemment, nous prenons le sentier qui monte cette dernière montée, jusqu’à atteindre la crête et le sommet de la Coma d’Or (2 825 m). Le pic principal est sur la gauche. Cependant, pour y arriver, nous devrons surmonter un passage aérien assez délicat, qui peut être évité par la droite, et continuer le long de la courte crête qui mène au sommet du Pic de Coma d’Or (2 826 m, 2 h) .

De ce sommet, nous pouvons parfaitement voir le lac de Lanós à nos pieds. Le Carlit se détache à l’horizon, devant nous, tandis que les montagnes du secteur du Pas de la Case restent situées à l’ouest.

Comabona

Comabona

À l’extrémité orientale du Cadí s’élève la montagne de Tancalaporta, mieux connue dans le domaine de la randonnée sous le nom de Berguedà Comabona. Son emplacement stratégique fait du sommet l’un des meilleurs points de vue de la Cerdagne. L’itinéraire d’ascension le plus facile, accessible par une piste depuis Montellà, pour atteindre le Pas dels Gosolans et le sommet en suivant une chaîne pierreuse sans difficultés, part du Prat d’Aguiló.


Fiche technique


Accès : Depuis Martinet, prendre la route LV-4055 jusqu’à Montellà, puis une petite route goudronnée. Immédiatement à droite se trouve la longue piste (13 km), pas toujours en bon état, qui monte au Prat d’Aguiló.

Départ : Prat d’Aguiló.

Difficulté : Facile

Altitude maximale : 2 554 m

Dénivelé positif : 604 m

Durée totale : 2h30 (1h30 aller / 1h retour)

Période de l’année : Fin du printemps, été et automne.

Observations : En hiver, la piste est généralement impraticable à cause de la neige et il n’est pas possible d’y randonner avant le début du printemps. La montée au col des Gosolans est toutefois compliquée par la pente du versant enneigé (35°). Jusque bien en mai, il y a encore des difficultés avant le col des Gosolans (piolet et crampons, utiles).

Itinéraire


Depuis le parking au bout de la piste (1 980 m) qui vient de Montellà, continuer à monter à pied — il y a une chaîne qui empêche le passage des voitures non autorisées — jusqu’à la prairie voisine d’Aguiló, avec son refuge gardé (2 040 m, 10 minutes). Les bandes blanches et jaunes du PR-C 124, qui suit la Ruta dels Segadors – que les faucheurs de Gósol avaient l’habitude d’aller faucher en Cerdagne – et les cercles orange de Cavalls del Vent – un circuit qui relie les abris protégés de le Parc Naturel du Cadí-Moixeró— ils indiquent un chemin qui passe par une source et monte vers un plateau herbeux avec une petite forêt de pins noirs. Puis il pénètre dans la partie haute de la vallée de Bastanist et en faisant une série de boucles avec une pente raide traverse un bloc calcaire et atteint des corniches rocheuses où la pente diminue. C’est ainsi qu’a été atteint le Pas dels Gosolans (2 430 m, 1 h), qui a également été traversé par le peintre Pablo Ruiz Picasso durant l’été 1906 après avoir terminé son séjour à Gósol.

Quittez le PR-C 124 et tournez à gauche sur le GR 150.1, un chemin qui traverse le Cadí et le Moixeró le long de la crête. Dans tous les cas, mieux vaut ne pas le suivre car il ne monte pas au sommet du Comabona, car il l’évite par le versant médirional. Le plus pratique et attrayant est de longer la crête du Cadí, sur la gauche, jusqu’au sommet d’Aguiló (2 494 m, 1 h 10 min). À environ 200 m à droite, vous pouvez voir les abreuvoirs de la source Tordera, d’eau très froide. La crête tourne à droite. Nous traversons des prairies, nous passons un niveau calcaire et nous atteignons le sommet du Puig de la Font Tordera (2 526 m, 1 h 15 min). Descendez ensuite au col de Comabona et continuez le long de la crête. Ensuite, nous longeons une petite faille dans le sol et atteignons le sommet panoramique de Comabona ou Tancalaporta (2554 m, 1 h 30 min), où se trouvent les restes d’une tourelle géodésique.

Carte et altimétrie


La Tosa d’Alp

La Tosa d’Alp

La Tosa ou Tossa d’Alp est peut-être la montagne la plus humaine de la Cerdagne en raison du fait que le domaine Alp-2500 s’y trouve, qui comprend les stations de ski de La Molina et Masella. Elle est très fréquentée car plusieurs remontées mécaniques, dont une télécabine, mènent au plateau culminant, où se trouve le refuge du Nid d’Aigle. Cependant, si vous quittez un peu les pistes, cette humanisation disparaît et vous entrez dans le parc naturel du Cadí-Moixeró. Le panorama du sommet, quant à lui, couvre toute la Cerdagne et une bonne partie de la Catalogne.


Fiche technique


Accès : Depuis Alp prendre la route qui mène à l’accueil de la station de ski de Masella. Continuez ensuite sur une autre route à droite jusqu’au bout du parking Coma Oriola.

Départ : Parking Coma Oriola.

Difficulté : Facile

Altitude maximale : 2 537 m

Dénivelé positif : 615 m

Durée totale : 2 heures (1h30 aller / 0h30 retour)

Période de l’année : printemps, été et automne.

Observations : En hiver, l’ascension est déconseillée parce qu’il faut passer par le domaine skiable et à la partie la plus haute peut se trouver en neige glacée, accessible uniquement avec piolet et crampons.

Itinéraire


Depuis le parking de Coma Oriola (1940 m), il faut se rendre au creux du même nom, en suivant la piste de ski qui le longe et devient plus raide à mesure que l’on monte.
Près du sommet de Tossa de Das (2 448 m, 1 h 15 min), on retrouve les vestiges de la cabane des mineures et traverse l’ancienne piste qui menait à La Mena, une mine de manganèse.
L’ascension finale est réalisée, avec une pente notable mais courte, jusqu’à l’antenne TV et peu après jusqu’à la tourelle géodésique au sommet de La Tosa (2 537 m, 1 h 30 min). D’ici, par temps clair, vous pouvez voir l’antenne de Collserola et, à l’ouest, les systèmes montagneux pré-pyrénéens d’Aragon, tels que le Turbó, le Cotiella ou la chaîne de montagnes de Guara.

Carte et altimétrie


Pic dels Moros

Pic dels Moros

En avançant vers le sud, cette modeste montagne reste un excellent point de vue sur la Cerdagne. Situé à l’extrémité sud de La Calma, il est accessible depuis l’accueil de la station de ski de Font-Romeu. Cependant, à partir de la centrale solaire de Thémis, le parcours est plus direct et attractif. Le sommet est utilisé pour le parapente.


Fiche technique


Accès : Depuis Ur, prendre la D-618, qui passe par Vilanova de les Escaldes et Angostrina et traverse le Chaos de Targassona, un lieu aux curieux rochers de granit qui sert d’école d’escalade. Peu avant Targasona, tournez à gauche sur la route de la centrale.

Départ : Parking de la centrale Thémis.

Difficulté : Facile

Altitude maximale : 2 137 m

Dénivelé positif : 515 m

Durée totale : 2 h (1h15 aller / 45 min retour)

Période de l’année : Toute l’année, même en hiver s’il y a peu de neige.

Observations : Avec la neige l’ascension est encore facile et il est pratique de marcher jusqu’au sommet avec des bâtons et des raquettes.

Itinéraire


Du champ ouvert avant la centrale de Thémis (1 622 m), emprunter une piste puis un chemin balisé qui longe les miroirs par la droite en direction des creux de Vilalta. Cette centrale, qui possède une grande cheminée reconnaissable entre mille vue de loin, est constituée d’un ensemble de miroirs coniques qui concentrent la lumière du soleil dans un four qui atteint 3 000°C. Une fois dans les creux, sans traverser la rivière, suivre un sentier à droite qui prend de l’altitude entre les buissons de genêts et de genévriers.

Nous laissons à gauche la source Grossa (1 860 m, 30 min) dont l’eau sort de quelques dalles schisteuses. De l’autre côté du ruisseau se trouvent les restes d’une cabane. Le chemin tourne sensiblement à droite et par des prairies, où le bétail peut paître en plein hiver s’il n’y a pas de neige, par une pente modérée et constante, vous atteignez La Calma, un vaste plateau avec plus de pâturages. Entre quelques pins noirs et sautant un fil à bétail, il rejoint la piste qui vient de la Mollera des Clots, à l’accueil de la station de ski de Font-Romeu. S’il y a de la neige, ce sentier est un circuit de ski nordique. Continuer à droite jusqu’à trouver une déviation dans la même direction, à droite. Après quelques boucles, vous atteignez le sommet du Pic dels Moros (2 137 m, 1 h 15 min), d’où vous dominez toute la Cerdagne.

Carte et altimétrie


Pic de Moixeró

Pic de Moixeró

Malgré sa modeste altitude, le pic de Moixeró bénéficie d’une vue spectaculaire sur la plaine de la Cerdagne, la Sierra del Cadí et Pedraforca. De son sommet, on peut également voir une grande partie de la dépression centrale catalane à travers laquelle serpentent les eaux du Llobregat.


Fiche technique


Accès : Situé à Riu de Cerdanya, nous traversons le village et empruntons la piste, initialement goudronnée, qui mène au refuge Serrat de les Esposes puis au col de Pendís. Nous le suivons jusqu’à la fin du détour qui nous mènerait au refuge Ingla, où une clôture nous barre le chemin. Il y a un lieu pour se garer.

Départ : Parking devant la clôture métallique.

Difficulté : Facile

Altitude maximale : 2 091 m

Dénivelé positif : 340 m

Durée totale : 2h15 (1h15 aller / 1h retour)

Période de l’année : Toute l’année.

Observations : Itinéraire avec peu de dénivelé et fortement recommandé pour une balade en famille. Cependant, c’est une excursion gratifiante, car du haut du Moixeró nous profiterons d’un panorama inattendu et spectaculaire. Les règles du Parc Naturel doivent être respectées.

Itinéraire


Nous franchissons la barrière métallique qui bloque le passage des véhicules et, au lieu de continuer vers le sud, nous prenons immédiatement la piste qui tourne à gauche. L’itinéraire suit cette piste jusqu’au col de Trapa (1 824 m). De là, au lieu de descendre, nous suivons son itinéraire, maintenant dans une direction claire vers le sud.

Nous montons doucement le long de cette route jusqu’à atteindre une sorte d’esplanade verte, à partir de laquelle le sentier descend un peu jusqu’à ce que, dans sa partie inférieure, nous passons par les Bagues de Riu, une zone ombragée et humide avec quelques abreuvoirs pour le bétail. Puis nous recommençons à monter jusqu’à ce que la piste disparaisse pratiquement dans un pré, d’où nous pouvons voir, devant nous, le Col de la Font Freda de Riu. On peut atteindre ce col en le traversant en diagonale ou en suivant les détours de la piste, qui remontent à droite de la prairie, jusqu’à l’atteindre.

Col de Font Freda de Riu (1979 m). Le panorama s’ouvre soudain et nous voyons, au bout des prés de pâturages, le Pic del Moixeró et, plus à gauche, les Penyes Altes, qui nous montrent clairement sa hauteur supérieure. Nous devons maintenant traverser les prairies par un chemin qui part à droite des pâturages et qui nous mène, à travers une zone pratiquement plate et en quelques minutes, au col de Moixeró (1 971 h). De ce col, nous pouvons parfaitement voir les profils de la Sierra del Cadí, le Pedraforca sur son côté nord et le chemin qui descend au refuge de Sant Jordi, situé au fond de la vallée. Du col où nous nous trouvons, nous tournons à gauche et montons un chemin qui nous mène à la crête de la montagne, où nous trouvons des piquets de granit qui marquent la ligne de démarcation entre la Cerdagne et le Berguedà. Nous n’avons qu’un dernier effort à faire pour franchir quelques petites marches de roche calcaire et atteindre le sommet du Moixeró (2.O91m, 1.15 h). Les massifs du Montseny et du Montserrat surplombent au sud, souvent entre une mer de nuages.

Carte et altimétrie


Montée à Bell-lloc

Montée à Bell-lloc

Balade agréable qui se fait sans hâte en milieu de matinée. L’itinéraire le plus facile suit un chemin pavé jusqu’au Coll de Jovell, puis atteint le sommet de L’Argila et arrive au monastère de la Mare de Déu de Bell-lloc, d’où vous pourrez profiter d’un large panorama sur la Cerdagne .


Fiche technique


Accès : Depuis Ur, prendre la D-618 qui passe par Vilanova de les Escaldes. Là, à un rond-point, prendre à gauche la D-10 via Les Escaldes jusqu’à Dorres.

Accueil : Dorres

Difficulté : Facile.

Altitude maximale : 1 704 m

Dénivelé positif : 375 m

Durée totale : 1h45 (1h10 aller / 35 min retour)

Période de l’année : Toute l’année.

Observations : Au milieu de l’hiver, il peut y avoir de la glace dans les sections près du canal Jovell.

Itinéraire


L’excursion peut commencer sur la place principale de Dorres ou 10 minutes plus loin, à la chapelle de Mageta. Étant donné que Dorres, avec l’église paroissiale romane de Sant Joan Evangelista, du XIIe siècle – l’image de la Mare de Déu de Bell-lloc est vénérée à l’intérieur – est assez attrayante, peut-être vaut-il mieux commencer sur la place (1 431 m). Dorres est également connue pour ses sources chaudes. L’itinéraire est bien balisé. Empruntez une ruelle étroite marquée et jaune de deux GR de Pays (petits chemins français) : le Tour du Carlit et le Tour de Cerdagne. Laisser à gauche le GR P du Tour de Cerdagne qui dévie par une rue. L’autre, le GR P du Tour du Carlit, continue dans la même rue. Lorsque vous tournez à droite, vous trouverez la chapelle de Mageta, avec un oratoire dédié à Saint Marc, à Dorres considéré comme un protecteur du temps et de la foudre. Le balisage continue sur la gauche par un intéressant sentier aux passages pavés. Le chemin, entre bouleaux et noisetiers, traverse le canal Jovell et quelques pas plus loin, il y a une déviation (balisage) sur la gauche avec des panneaux jaunes. La pente est légèrement plus raide, on quitte la forêt et on s’occupe de quelques pâturages peu avant d’atteindre le col de Jovell (1 633 m, 50 min), étape pour se rendre à Brangolí et Feners, par où le GR P du Tour du Carlit passe.

Le GR P du Tour de Cerdagne emprunte une piste qui va directement à Bell-lloc, mais il est préférable de s’y rendre par un autre sentier balisé de bandes jaunes un peu plus haut à gauche (balisage), qui après un court tronçon raide passe par le côté du sommet de l’Argile (1 704 m). De là, il perd de l’altitude à travers les plans culminants de la colline de Bell-lloc jusqu’au légendaire monastère (1 685 m, 1 h 10), un magnifique point de vue de la Cerdagne et de l’Alt Conflent jusqu’au Canigó. Le temple est un édifice roman du XIIe siècle.

Carte et altimétrie


Prat de Cadi

Prat de Cadi

Marcher jusqu’à Prat de Cadí est aujourd’hui devenu l’une des activités préférées des touristes venant en Cerdagne. La vérité est qu’il s’agit d’une petite excursion très agréable qui vous emmène dans l’un des endroits les plus beaux et les plus spectaculaires de la Cerdagne et du parc naturel du Cadí-Moixeró.


Fiche technique


Accès : depuis Martinet, prenez la route LV-4055 en direction de Montellà, mais laissez à droite la route étroite qui descend au ruisseau de Bastanist. Laissez également à gauche la route de Bastanist et à droite celle de Béixec. 100 m avant d’arriver à Estana, pendant les mois d’été et de Pâques, il y a un parking sur la gauche. De là, continuer à pied sur environ 500 m. jusqu’au Coll de Pallers, en passant par Estana.

Départ : Col de Pallers.

Difficulté : Facile.

Altitude maximale : 1 820 m

Dénivelé positif : 330 m

Durée totale : 1h45 (1h aller / 45 min retour)

Période de l’année : printemps, été et automne.

Observations: en basse saison, vous pouvez vous rendre au Coll de Pallers en voiture par une piste étroite et courte jusqu’à un espace pour laisser votre véhicule. En plein hiver et avec de la neige, il est probable qu’il ne sera pas possible d’y accéder.

Itinéraire


Au Col de Pallers (1 490 m), laisser à droite le GR 150 – qui va vers le Querforadat – et prendre le PR C-121 vers le sud, indiqué par des bandes blanches et rouges. Il longe d’abord une piste et prend tout de suite un sentier à droite qui monte quelques prés. Entrez ensuite dans une forêt de pins rouges avec des saules et des buis. Plus haut, il longe la crête du contrefort qui forme la chaîne de montagnes de Mataplana et on trouve le col de Reineres, à l’entrée duquel se trouve une porte en bois.

Le sentier passe sur le versant de la vallée du Quer et prend le relais à droite du Vulturó, le plus haut sommet du Cadí. La paroi nord calcaire de cette chaîne montagneuse est déjà visible dans une grande partie de son extension.

Une fois arrivé au Collet Roig (1700 m, 45 min) le chemin devient plat et traverse une pente, toujours dans la vallée du Batsanist, riche en végétation : pinède noire avec sapins, bouleaux, sorbiers des oiseleurs et rhododendrons. Il rejoint une piste et atteint Prat de Cadí (1 820 m, 1 h), un endroit magnifique au nord du Cadí. En face, entre les rochers Verda et Ordiguer, se détache le canal Cristall, où de fait se dirige le PR C-121, jusqu’au col du Canal del Cristall, sur la crête du Cadí. Cette ascension n’est toutefois recommandée qu’aux randonneurs ayant une certaine expérience de la haute montagne. A l’extrémité sud de la prairie se trouve la source del Pi, à côté de quelques abreuvoirs pour le bétail.

Carte et altimétrie


Estanys de la Pera

Estanys de la Pera

En Cerdagne, les lacs de Pera sont depuis de nombreuses années un point de passage pour les contrebandiers qui vont et viennent d’Andorre. Ces deux lacs sont situés dans le bassin de réception de la rivière Molí, dans un petit cirque glaciaire situé à la tête de la vallée d’Arànser.


Fiche technique


Accès: depuis Martinet, prenez la route LV-4036 en direction de Lles, mais un peu avant d’y arriver, prenez à gauche la direction de Arànser. Ensuite continuez par une piste goudronnée qui monte à Fornell, à la station de ski de fond d’Aransa. A partir de là, pour arriver à Prat Miró et Pollineres (piste fermée à la circulation des véhicules motorisés toute l’année), il y a un service de transport par navette à partir de fin juillet, août et septembre. Ce service est également disponible depuis la station de ski nordique des Lles via Cap del Rec. Demandez les horaires et tarifs à l’office de tourisme.

Domicile : Station de ski nordique d’Aransa.

Difficulté : facile – moyenne.

Altitude maximale : 2 140 m

Dénivelé positif : 500 m

Durée totale : 4h30 (2h30 aller + 2h retour).

Période de l’année : printemps, été et automne. En hiver avec des raquettes.

Observations : à la station de ski nordique d’Aransa, il y a un sentier en raquettes jusqu’à Les Pollineres qu’il faut compter 1 heure. Cette promenade et la suivante vers les lacs de La Pera sont fortement recommandées.

Itinéraire


De El Fornell à la station de ski nordique d’Aransa (1862 m) prendre le chemin n. 1 (indicateur) de Senders de Cerdanya (rectangles jaunes), qui traverse la forêt en passant par la Bassa de Comabella et le Riu del Molí jusqu’au refuge des Pollineres. Ce chemin continue en montant à droite et évite un virage de la piste. Suivez ensuite la piste qui va au Cap del Rec vers la droite sur quelques mètres jusqu’à ce qu’elle traverse un pont sur le Río del Molí. Ensuite, le chemin à suivre, où passe également le GR 11-10, dévie à gauche, entre dans la forêt et traverse à gué la rivière Molí.

Au-dessus, il croise deux fois la piste d’accès au refuge des Estanys de la Pera et longe le fond de la vallée, alternant forêt de pins noirs et clairières, jusqu’à atteindre le pied d’une falaise granitique où tombe une belle cascade. A partir de là, la pente augmente jusqu’à retrouver la piste juste avant le petit lac de La Pera, sur la gauche. La colline du pic Trout ou Perafita, de forme pyramidale, se détache en bas.

Le chemin évite la piste sur la droite, traverse quelques alpages et rejoint le refuge des Estanys de la Pera (2357 m, 45 min), gardé l’été, pendant les périodes de vacances et certains week-ends. Le grand lac de La Pera s’atteint par la piste et par un chemin plat sur la droite qui y conduit en quelques minutes (2 350 m, 1 h). Il convient de mentionner que le nom de lieu La Pera n’a rien à voir avec une poire (fruit), mais fait référence à une pierre en tant que signe. Les noms de lieux similaires en Catalogne sont Peramola, Peralada, Peratallada et Peramea, entre autres.

Carte et altimétrie